La municipalité a souscrit un nouveau contrat de conception du journal municipal, l'exécutif UMP-UDI et Mouvement Démocrate a profité de cette occasion pour réduire de 41% en moyenne annuelle, l'espace des tribunes.

Pour cette tribune, je dispose de 700 caractères (espaces compris) soit environ 7 lignes sur un format A4, à la place de 1 700 caractères. Raison pour laquelle je vous ai invité à consulter mon blog, afin de vous informer de ces graves faits.

Au cours de la séance du conseil municipal du 6 novembre, l'ordre du jour précisait la modification du règlement intérieur du conseil municipal, à propos de l'espace des tribunes des élus politiques dans le journal municipal. Il était proposé :

  • La parution d'un 32 pages "Montesson magazine", 3 fois par an : chaque groupe politique disposera de 1 400 caractères (espaces compris). Soit 1 400 x 3 = 4 200 caractères
  • La parution d'un 4 pages, 4 fois par an : chaque groupe politique disposera de 700 caractères (espaces compris). Soit 700 x 4 = 2 800 caractères

Soit un espace annuel pour chaque groupe politique de : 7 000 caractères (espaces compris)

Mr J-B Noé (chargé du pôle communication) annonce, "sans rougir", une augmentation de l'espace des tribunes pour chaque groupe politique.

FAUX (Vous pouvez le vérifier par vous-même)

En 2013 : 7 parutions de "Montesson en direct" (janvier, février, mai, juillet, septembre, novembre, décembre). Chaque formation politique disposait d'un espace de 1 700 caractères (espaces compris) soit 1 700 x 7 = 11 900 caractères
En 2014 : 2 parutions "Montesson en direct" (février-mars et juin), 3 parutions"Montesson direct hors série" (avril, juillet, septembre), 1 parution "Montesson magazine, 32 page" (novembre) et une parution en décembre. Chaque formation politique disposait de 1 700 caractères (espaces compris) soit 1 700 x 7 = 11 900 caractères
Soit un espace annuel de rédaction pour chaque groupe politique de : 11 900 caractères (espaces compris).

La tribune dans le journal municipal est le seul moyen pour les partis d'opposition d'informer officiellement les citoyens sur la vie communale.
Cette décision confirme l'injustice pratiquée envers les groupes d'oppositions municipales, l'atteinte à la démocratie avec la ferme volonté de la majorité municipale de droite, de désinformer par la censure et d'éloigner les citoyens Montessonnais de la vie politique communale.